Le Cercle de Craie Caucasien

Bertholt Brecht


Date : Du 5 au 14 Mars 2010

Mise en scène : Florence MALLET

24 Comédiens - 60 Personnages - Musiciens The FAT BASTARD Gangband


L’histoire

Lors d'un attentat militaire, le gouverneur Georgi Abaschvili est assassiné. Son épouse Natella fuit en abandonnant leur fils Michel, encore bébé. Il est recueilli par une servante du palais, Groucha Vachnadzé. Mais l’enfant est menacé en tant qu’héritier du trône. Groucha s'enfuit avec lui pour un long périple à travers le Caucase, qui sera parsemé d’embûches. Elle affrontera la misère, la faim, la peur, le mépris, à cause de cet enfant qu’elle considère désormais comme le sien. La révolution avortée, elle est toujours traquée par les soldats qui veulent rendre l'enfant à sa mère « naturelle », la femme du défunt gouverneur. Celle-ci décide alors de porter l'affaire devant le tribunal, où siège l'écrivain public Azdak, personnage issu du peuple, extravagant, porté sur la bouteille et qui rend la justice à sa façon...


Note d’intention

"Ce que j'ai aimé dès la première lecture du Cercle de Craie, c’est la vitalité qui en émanait. C’est une pièce vivante, dynamique, aux antipodes d’un Brecht austère, didactique et statique dont j’avais gardé l’image, (l’ailleurs assez répandue. C’est également une pièce intemporelle qui envoie des messages, explore des symboles et pose des questions valables hier, aujourd’hui et même demain...

J’ai été également saisie par la présence d'une foule de personnages, tous très caractéristiques, hauts en couleur, pour certains proches de la caricature, pour d'autres touchants d'humanité et de sincérité. Chaque personnage, même ceux qu’on appelle communément les « petits rôles », offre une possibilité très intéressante de travail pour chacun. Dès les lectures, se dessinaient des duos burlesques, contrastés et comiques que j’avais envie d’exploiter et d'approfondir dans la mise en scène.

Parmi les nombreux thèmes abordés dans cette pièce, c’est le questionnement de Brecht sur la difficile nécessité d'être bon qui m’a touchée le plus : « Redoutable est la tentation d’être bon ». Beaucoup de personnages se retrouvent confrontés à ce choix : tout en étant froussards, pleutres, intéressés ou cupides, presque tous essaient tant bien que mal d’être bons à un moment donné. Leurs contradictions sont humaines et en chacun d’eux se retrouve un peu de nous."

Florence MALLET






36 vues
masque.png
ticket.png
ticket.png
plume.png