Daniel Billaux

Des projets d'une diversité réjouissante, de « l’intello » au

« slapstick », du « politique » au « poétique »…





Notre président!

Comédien au Tam Depuis 2005, il reprends le flambeau de la co-mise en scène pour la prochaine pièce du Tam: Lulu, femme nue


  • Rôles que vous avez aimés interpréter ?

Tous ! Mais en particulier :

le journaliste dans Spécial Sang, ma première expérience au TAM, pour la découverte d’un « méchant » jouissif.


Christophe dans Venise sous la neige pour le coté jouissif du « tac au tac » des répliques dans une comédie.

Le directeur du théâtre dans Le Baron de Münchhausen - 2018


Le directeur du théâtre dans Le Baron de Münchhausen, pour la scène de la chute de « mon » théâtre, qui m’impressionnait à chaque fois.


  • Quelle(s) pièce(s) du Tam avez-vous particulièrement aimé et pourquoi ?

Au bout du fil : pour la poésie du texte et de la mise en scène, pour le côté « choral » du spectacle

Le Cercle de Craie Caucasien : pour le foisonnement de personnages, l’énergie, la fantaisie, la musique

Les trois sœurs, pour la découverte d’un texte qui est à la fois un mécanisme d’horlogerie et un concentré d’émotions.

Le Baron de Münchhausen, pour la « démesure raisonnée » des différents tableaux


  • Qu’est ce qui fait, selon vous, la particularité du Tam ?

L’horizontalité des relations ! Tout le monde peut proposer un projet, et beaucoup de gens le font ! En résulte une diversité réjouissante, de « l’intello » au « slapstick », du « politique » au « poétique »…


  • D’après vous, qu’est-ce qu’un bon interprète ?

Quelqu’un qui joue juste, qui sait être authentique dans le rôle : « au théâtre, on raconte des histoires, mais on ne ment jamais ». Cela passe par du travail et du lâcher-prise.


  • Quel comédien ou quelle comédienne pro vous inspire ?

Ça change tout le temps, en fonction des derniers spectacles vus !


  • En quelques mots, parlez-nous d’une œuvre que vous aimez ?

Les trois sœurs, de A. Tchekhov, est la pièce qui m’a le plus marqué. Malgré l’écueil de la traduction, chaque mot est à sa place, comme dans une mécanique millimétrée. On voit des personnages échanger des propos souvent anodins, « naturels ». Et pourtant, à un moment ou un autre, l’émotion surgit, comme de nulle part. Un spectacle qui prend à la gorge, bouleversant, dans une forme qui ne laisse rien paraitre au premier abord.

  • Qu’est-ce qui vous a motivé pour participer à la co-mise en scène de la prochaine pièce du Tam ?

Le côté « concentré de vie » de la pièce Lulu Femme Nue, avec des scènes courtes au cours desquelles chaque mot et chaque expression compte. En quelques minutes, il faut rendre l’évolution des relations entre les personnages. Sur un autre plan, le défi de réussir les transitions dans une histoire complexe : permettre au spectateur de comprendre les enjeux, tout en gardant le rythme.



Venise sous la neige Le passeur de mémoire - 2021 Aztèque



Le Baron de Münchhausen - 2018


Courts métrages Etat des lieux - 2021


Etat des lieux Strip-tease virtuel

L'eau virtuelle est partout, même la où nous ne nous y attendons le moins. (Tous les chiffres, aussi incroyables qu'ils semblent être, sont vrais.)

https://youtu.be/t2q0s4lCM1U


21 vues

Posts récents

Voir tout
masque.png
ticket.png
ticket.png
plume.png