top of page

Elisabeth Silvy

Le Tam, avec son fonctionnement atypique, propose une grande diversité dans le choix des pièces.


Quand on demande à Elisabeth (que l'on appelle amicalement "Babeth"), depuis combien de temps elle est au Tam,

elle répond qu'elle ne sais plus ! Qu'elle est au sein de la troupe "depuis un certain temps maintenant"!

De mémoire de Tamien, cela fait plus de trente ans que Babeth est comédienne - un peu de direction d’acteurs - un peu de communication - et un peu de tout quand et où il y en a besoin.









Martha dans Qui a peur de Virginia Woolf

  • Rôles que vous avez aimé interpréter :

Des rôles dans des pièces qui ne se terminent pas forcément de manière joyeuse mais fortes en émotion. Elles m’ont demandées d’aller chercher loin intérieurement mais bizarrement j’ai adoré ! J’aurais bien aimé arriver à faire rire, car j’aime bien les comédies, mais c’est beaucoup plus difficile.


· Love Letters d'A.R Gurney dans le rôle d’Alexa : un échange épistolaire dans l’Amérique des année 40 entre un garçon et une fille de l'enfance jusqu'à la mort de l'un d'eux. Interpréter l'évolution de l'enfant jusqu'à l'adulte puis la vieillesse a été un vrai challenge.


· Berlin ton danseur est la mort d'Enzo Cormann, dans le rôle de Gretl. Une femme anti-conformiste, et à multiples facettes sous l’occupation.


· Qui a peur de Virginia Woolf de Edward Albee : dans le rôle de Martha l’épouse d’un couple embrumée dans les vapeurs d’alcool, qui vit dans une folie destructrice.


  • Quelle(s) pièce(s) du Tam avez-vous particulièrement aimé ?

Difficile de choisir.. j'ai beaucoup aimé les pièces qui ont réunies un grand nombre de membres de la Troupe et portées beaucoup d'émotions tant sur le sujet que sur le vécu de l'aventure dans la Troupe :

Elephant Man, magnifique & touchante histoire vraie, que l'on a joué aussi dans une usine, et emmené également au festival Nationale du théâtre amateur de Chatillon sur Chalaronne. Le Cercle du Craie Caucasien, avec une 30aine de comédiens et 5 musiciens en live sur scène, jouée en Allemagne et également à Chatillon.

Le Baron de Münchausen, délirante avec ses machineries et qui vous emporte dans un imaginaire fou.


  • Qu’est ce qui fait, selon vous, la particularité du Tam ?

C'est une grande famille bienveillante qui offre sa chance à chacun pour monter sur scène, et ou porter un projet. Notre fonctionnement atypique, en n’ayant pas un metteur en scène unique, nous permet de proposer une grande diversité dans le choix des pièces.


  • D’après vous, qu’est-ce qu’un bon interprète ?

C'est un(e) comédien(ne) qui arrive à lâcher prise sur sa propre personne pour prendre possession de la vie, des sentiments et des émotions de son personnage.

Un interprète qui a intégrer que dès qu’on monte sur le plateau, on est le personnage, on revêts son histoire et tout est possible.


  • Quel comédien ou quelle comédienne pro vous inspire ?

J’aime beaucoup Catherine Frot. Sous des airs que l’on pourrait croire parfois un peu coincés, elle se fond dans la peau de personnages tellement différents avec un naturel et une justesse qui m’impressionne toujours.


  • Avez-vous une anecdote au Tam ?

Deux me reviennent en mémoire:

Lors de la pièce La fiancée de l’eau, nous étions trois femmes agenouillées aux lavoirs. Un bassin avait été créé avec un système ingénieux de deux tuyaux qui amenaient et évacuaient l’eau jusque dans les loges situées au sous-sol. Le tuyau d’évacuation s’est bouché à cause d’un bout de tissu qui était aspiré. Je voyais l’eau monter avec angoisse ! Ça allait déborder j’ai alors tiré d’un coup sec (peut-être un peu trop !) le tissu qui obstruait l’évacuation. Il y a eu alors un gros bruit de chasse d’eau !


Lors d’une représentation d’un cabaret Ils se plaisent sur ce bateau, je devais faire un strip-tease en lumière noire. J’ai eu un accident de voiture en venant jouer. Le strip-tease n’a donc pas eu lieu ce soir-là. Le lendemain, depuis mon lit d’hôpital, j’ai expliqué par téléphone, à la metteur en scène qui reprenait le ‘rôle’, toutes les étapes (très en détail..) du strip-tease. Je n’étais pas seule dans ma chambre et quand j’ai raccroché, j’ai vu la tête de ma co-locataire de chambre qui ouvrait de grands yeux et semblait être assez perturbée !



Berlin ton danseur est la mort (Babeth partage la scène avec Jean Louis Raymond) - 2000



Qui a peur de Virginia Woolf (Avec Remi Patoux et Nicolas Fuoco au centre) - 2012



Echauffement mené par Babeth avant la représentation du Malade imaginaire. - 2002



La fiancée de l'eau- 1997 La brigade des femmes - 1991 Le Baron de Münchausen - 2017


Clérambart - 1993



Le mystère Sherlock - 2017



Le passeur de mémoire - 2021

86 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


masque.png
ticket.png
ticket.png
plume.png
bottom of page