top of page

Vincent Combes - Professeur de piano

Pour ses parents et son entourage, l'avenir de Vincent - étudiant en licence de droit - était tout tracé. Jusqu'à ce que le Tam le révèle...


Je n'avais jamais fait de théâtre avant de rencontrer le TAM et ce dernier m'a donné l'envie (folle ! au regard de mes parents et amis !) d'arrêter ma licence de droit pour monter à Paris où étaient placées la plupart de écoles professionnelles de théâtre.


J'ai réussi l'audition de l'école Claude MATHIEU grâce à la complicité de Corinne PERRATON qui m'a donné la réplique pour une scène classique (le Misanthrope de Molière) et une autre contemporaine que nous avions préparées au TAM. J'ai été formé pendant 4 ans dans cette école puis à la sortie, j’ai travaillé professionnellement pendant 10 ans dans des compagnies théâtrales où j'ai joué dans des petits et grands théâtres, festival d'Avignon, etc... Tout cela en voyageant avec mon sac à dos autour du monde entre 2 projets théâtraux et en accompagnant des chanteuses au piano.



Vincent bifurque encore, le piano viendra remplacer la carrière de comédien.

Puis le piano a pris le dessus et j'ai commencé à me perfectionner en faisant une école de jazz et je suis devenu pianiste en quittant la carrière de comédien.


J'ai ensuite eu deux enfants avec une comédienne et j'ai souhaité me stabiliser et me sédentariser en ouvrant ma propre école de piano à Paris qui fêtera ses 15 ans l'année prochaine. http://vincentcombes.unblog.fr/

L’école s’adresse aux enfants (à partir du CP),aux adolescents et aux adultes qui désirent commencer le piano, se perfectionner, ou s’y remettre, par un apprentissage exigeant, bienveillant, ludique et joyeux tenant compte de la sensibilité de l’élève, et de ses goûts musicaux. Je suis donc aujourd'hui prof de piano, j'adore enseigner et transmettre l'art de cet instrument, joue parfois un peu en public dans des festivals ou à des occasions mais c'est avant tout l'enseignement que j'affectionne.

En parallèle, Vincent s'essaie aussi à la peinture.

Extrait d'une bio que l'on peut trouver sur internet concernant sa carrière de peintre:

" Autodidacte, son processus de création commence en 2015, dans l'intimité de son atelier en Bretagne, au bord de la mer. La liberté de son trait, l'énergie de l'urgence, la pulsion, le rythme, la recherche de l'émotion poétique lui créent un langage pictural propre, instinctif, élégant et sauvage à la fois, le définissant dans la veine de l'abstraction lyrique. Des œuvres sur papier aux grands formats, il produit plusieurs séries : Les 5 voix (2015), Présent(s) (2015), Opus (2016), Empreintes( 2016), Psaumes (2016)."

Sa dernière exposition a eu lieu en 2020 au Cloitre des Billettes dans le marais à Paris.

ABSTRACTION LYRIQUE

Encre sur Papier | 70x50 cm

Voilà donc où j'en suis aujourd'hui à 50 ans après ce chemin aventureux et sinueux !


Quant au TAM, il a été un révélateur pour moi car il m'a donné le goût de la scène, d'abord par le beau spectacle que vous m'avez permis de jouer à vos côtés et qui s'appelait " Loin du Rueil " (1994 – Adaptation et mise en scène Rémi PATOUX) puis avec " Les Boulinards " (1995) où André CHAVEROT m'avait donné ma chance en me faisant jouer un rôle de jeune premier, et par le spectacle mis en scène par Eric MAITRE " Black Prévert " (1996) à travers entre autre, un poème " l'oreille de Vincent", très belle création, très beau souvenir.


Une personne a beaucoup jouée dans mon envie de vivre l'aventure théâtrale parisienne, c'est Jean-Tristan MORAND, qui avait choisi le théâtre pour échapper à sa condition qu’il disait « bourgeoise » et dont j'étais admiratif sans le lui avoir jamais dit.


Propos recueillis par Eric Maitre.

Merci à Vincent.

55 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


masque.png
ticket.png
ticket.png
plume.png
bottom of page